mercredi, décembre 19, 2007

c'est le Front qu'on Nanterre...

Aujourd'hui, à Nanterre (pas mes rêves !) la Rouge, à Nanterre (pas mes rêves) la Folie, à Nanterre (pas mes rêves !) la plus belle ville du monde, on ne parle que de ça...

Les fil-le-s de pute du Front National, à court de thunes (bien fait pour leur gueules de rats consanguins), sont obligés de vendre le "Paquebot" de Saint-Cloud, joyeuse bourgade huppée cachant autant de nostalgiques de Mauras que de bras droits tendus, et songent sérieusement à emménager à Nanterre, puisque, c'est bien connu, chez les prolos, ça coûte moins cher.

Même que c'était discuté hier soir au conseil municipal. Mais qu'apparemment, comme c'est du domaine privé, la municipalité n'a pas à intervenir.

Il n'empêche ; petit rappel historique nanterrien.

1935, les cocos municipaux (qui n'ont rien à voir avec les z'infâmes sbires nationaux formatés par la défunte URSS stalinienne) se font élire sur une liste « Unité d’action anti-fasciste ». Leurs descendants, avec tous les aléas de soixante-dix ans d'histoire, sont encore aux commandes de la ville.

1936, le Front Pop', les usines occupées, le rêve de la Sociale et tout Nanterre qui va foutre sur la gueule des bourgeois et des patrons.

La guerre, Nanterre voit en regardant vers la colline ses fils et filles se faire trouer au Mont-Valérien pour avoir résisté à la bête immonde.

A partir de 1954, la résistance et l'état-major du FLN planqué au coeur des bidonvilles, Ferhat Abbas qui donne ses instructions, l'éternelle répression policière et les communistes qui aident dans l'ombre à lutter contre mon-général.

L'horreur du 17 octobre 1961, les mots qui manquent, les deux-tiers des assassiné-e-s viennent de Gennevilliers et de Nanterre, le pont de Neuilly à jamais une tâche noire, Papon qui jubile, 30 ans de silence, 300 mort-e-s, la Seine à jamais rouge du sang de la honte.

Moins d'un an plus tard, le 8 février 1962, Charonne, le gamin Daniel Féry qui ajoute sa mort aux mort-e-s d'avant-hier et de demain.

La fac est créée. (Presque) tout qui part de là par un beau printemps enragé de 1968.

Et puis tout cet aujourd'hui qui se vit au jour le jour. Des discussions de café aux rencontres dans la rue, de ces employés municipaux, de ces shibanis qui ont toujours la Méditerrannée dans les yeux, de ce Roger des Prés y trouvant un asile, de ces gens qui ont toujours la révolte à fleur de coeur et de poing, de ce moi qui y ai trouvé un endroit à ma (dé)mesure.

Le Front National qui veut donc emménager à Nanterre (pas mes rêves !) au début du deuxième semestre 2008. Etrangement, à l'annonce de la nouvelle, des rires qui éclairent tous les visages. Comme s'ils pouvaient espérer tenir ne serait-ce qu'un mois. L'Unité d'action anti-fasciste prête à réapparaître, les plus modéré-e-s parlent seulement de brûler le bâtiment, les autres attendent avec impatience, se parlent à l'oreille.

La nouvelle ne date que d'hier.

Nanterre, Nanterre, les gosses de tiékar, les vieux militants associatifs, les cocos, les sales prolos, les autres, les ceuxelles qui sont venu-e-s ici pour ton histoire et pour ta joie, les ceuxelles qui n'avaient pas le choix, les mort-e-s et les bien vivant-e-s, n'aie pas peur, ma belle Nanterre, nous saurons te défendre.





(OST : l'Internationale)

6 commentaires:

Les excavations Molotov a dit…

On annonce le déplacement du
« Paquebot » (Drieu) La Rochelle à Nanterre ? N’ayez crainte, je (me) détruis joyeusement les phalanges.


Détaillement vôtre.

les césures Molotov a dit…

« De Nanterre, Front National, détaillez vite »

il fallait lire a dit…

"De Nanterre, Front National, détalez vite"

ubifaciunt a dit…

Sur le Paquebot, j'aurai plus amené Darlan (l'amiral) que Drieu (la crapule).

M'enfin, entre salopards notoires...



Quant à Jean-Marie, en terre nanterrienne, qu'il ouvre l'oeil, et le bon ah ah.. (toujours facile celle-là)

Pas de détail quoi...

quand est ce qu'on brule? a dit…

pfiou place de la boule rien que ça. Ils tiendront pas trois semaines. C'est prévu pour quand le grand feu de joie du (s)emménagement?

ubifaciunt a dit…

début deuxième semestre 2008, seules infos qui me soient parvenues...

"le feu de joie du (s)emménagement" : superbe !!!


(et j'en profite pour féliciter sincérement la très haute qualité de vos commentaires à tou-te-s, un festival d'esprit et de justesse, vraiment merci, les gens...)