lundi, juin 16, 2008

Bruxelles, ma belle (intro)

Ecrire un compte-rendu d'une semaine en Belgique sans employer les mots "surréalisme, bière, frites" est absolument impossible. Je n'essaierai donc pas. Et c'est parti, en images, et en vagues mots foireux. Un pays comme un rêve.





Arrivée à la gare du midi. Premier hommage oblige, visite au musée de la brasserie bruxelloise, usine Cantillon du côté d'Anderlecht, ça suinte le houblon et le brassage, les premières chopes se vident, l'accent belge se retrouve, les premières vannes aussi.





Oui à la hausse des jolis airs (comme ceux, classiques, du métro bruxellois by night...).





Le magique autochtone qui nous accueille nous sort le matos le premier soir...





Le cliché total, la merveille, la Grand Place by night, un résumé péremptoire de toute l'histoire de la vieille Europe.





Choisis ton camp, camarade, même si, selon Strip Tease, tu peux prier l'un et l'autre à la fois...





Quand la devise nationale subit un coup d'humour national...





et Nelly Mac Kay chante la merveilleuse Dog Song...

4 commentaires:

GrandK a dit…

Mon barbu n'est jamais monté plus haut que Reims. Je l'emène dès que j'ai 5mn :)

ubifaciunt a dit…

Prévoyez une petite demi heure quand même...

birahima2 a dit…

tu vas demander le droit d'asile en Belgique Ubi ?

ubifaciunt a dit…

je pense plutôt demander le droit de Belgique à l'asile !